Les premiers humains, il y a 2 500 000 ans
Kromdraai, Afrique du Sud

A fly over the famous sites of Kromdraai, Sterkfontein and Swartkrans (Gauteng, South Africa) in the UNESCO area called "the Cradle of Humankind". 


Le projet "Kromdraai"

Il y a environ 3 millions d'années, s'ouvre une période qui conduira à l'émergence des premiers humains 500 000 ans plus tard environ. Suite à un assèchement partout en Afrique, la grande famille des australopithèques (genre Australopithecus) va progressivement disparaître. Ces derniers seront remplacés par les premiers humains (genre Homo) et les paranthropes (genre Paranthropus), tous deux plus spécialisés dans leurs niches écologiques respectives. Un peu avant 1 millions d'années, les paranthropes disparaîtront à leur tour. Seuls les humains survivront. Nous, les humains actuels - Homo sapiens sapiens - sommes leurs descendants.

La période clef pour comprendre le scénario de la grande transition évolutive conduisant des australopithèques aux humains en Afrique, est encore méconnue faute de sites et de fossiles en nombre suffisant. Depuis 2014, nous découvrons des centaines de fossiles provenant d'une vaste zone jusqu'alors inconnue sur le site de Kromdraai, en Afrique du Sud. Nos recherches documentent la époque encore si mystérieuse des premiers pas des humains sur Terre, et nous permettent d'ébaucher le scénario d'apparition des premiers humains il y a un peu plus de 2 500 000 ans. 

Représentation simplifiée des genres fossiles associés à l'histoire de l'humanité entre 4 et 1 millions d'années (Mya) en Afrique.

Les premières découvertes de fossiles pré-humains à Kromdraai datent de 1938. Il s'agit notamment des premiers vestiges de paranthropes jamais découverts (on parle d' "holotype") alors attribués à l'espèce Paranthropus robustus par Robert Broom. Le crâne découvert en 1938 est présenté ici (modèle 3D avec sa vraie texture réalisé par B. Moreno, IMA Solutions, Toulouse).

Kromdraai (26°00'41''S 27°45'00''E) est situé dans une vaste zone classée UNESCO ("Cradle of Humankind") de la province du Gauteng (anciennement, Transvaal) près de Johannesbourg. A proximité se trouvent d'autres sites ayant aussi livré d'importants vestifes pré-humains et humains. Les découvertes de Kromdraai ouvrent une fenêtre jusqu'ici inconnue de notre passé.

"Cradle of Humankind" et situation de Kromdraai (réalisation : Benjamin Lans).
"Cradle of Humankind" et situation de Kromdraai (réalisation : Benjamin Lans).

Nos travaux archéologiques à Kromdraai et nos analyses en laboratoire à Toulouse ou ailleurs, démontrent une filiation, en Afrique du Sud, entre le genre Australopithecus et ses deux successeurs : Homo et Paranthropus. Mais le scénario biologique de cette filiation, les contextes techniques et environnementaux associés, sont encore mal connus. Toutes les informations permettant de répondre à ces questions sont disponibles dans les couches archéologiques de Kromdraai que nous explorons actuellement lors de nos missions de fouilles.

Vue aérienne du site de Kromdraai.
Vue aérienne du site de Kromdraai.

Les recherches

Qui étaient nos ancêtres ? Comment vivaient-ils ? Grâce aux développements d'outils d'analyses toujours plus performants, la paléobiologie et la paléoécologie permettent aujourd'hui d'ébaucher des réponses à ces questions. Les études anatomiques détaillées des vestiges fossiles découverts à Kromdraai et ailleurs, nous livrent désormais des informations précieuses sur les aptitudes physiques de nos ancêtres (développement osseux et dentaire, mastication, audition, locomotion ...). Combinées aux études des espèces animales et des environnements physiques du passé, nos recherches permettent aussi de reconstituer les comportements de nos ancêtres.

Que nous apprennent les fossiles ?

Les fossiles doivent d'abord être classés dans une espèce (on parle de "taxinomie") dont la généalogie (on parle de "phylogénie") est déterminée par les caractères primitifs et plus évolués (on dit "dérivés") observés.

Nos recherches sont menées d'abord sur le terrain, non seulement à la recherche des fossiles mais aussi afin de comprendre l'histoire de la cavité ayant piégé les animaux. Nous poursuivons ensuite nos recherches en laboratoire, tant en Afrique du Sud qu'en France ou ailleurs, en fonction des moyens techniques nécessaires pour mener à bien les nombreuses analyses nécessaires (rayons X, spectrométrie de masse ....) pour une meilleure compréhension de nos origines.

Sur le terrain

La zone fouillée correspond au remplissage d'une ancienne et vaste salle souterraine, partie d'un réseau de grottes très fréquentes dans la région. A côté des fossiles humains ou non-humains, nous analysons les sédiments, leurs structure et leur organisation, les concrétions de calcite (stalagmites ou stalactites) nous permettant de dater et de reconstruire les environnements en relation avec l'évolution humaine. 

En laboratoire

Les premières analyses des objets découverts débutent sur le terrain, en Afrique du Sud. Mais des examens plus poussés des fossiles nécessitent des mesures par micro-tomographie aux rayons X (en Afrique du Sud, au Nuclear Energy Corporation of South Africa ou à l'Université du Witwatersrand) ou par rayonnement X synchrotron (en Suisse, au Paul Scherrer Institute) qui nous permettent ensuite leur "dissection virtuelle" à Toulouse.

Les membres de notre mission

    Direction scientifique et gestion du projet

José Braga, Professeur des Universités, France (Paléontologie Humaine)

Francis Thackeray, Professeur, Johannesbourg, Afrique du Sud (Paléontologie Humaine)

Autres membres (scientifiques)

Jean-Baptiste Fourvel, Post-Doctorant (Paléontologie et Taphonomie)

Jean-Luc Schneider, Professeur des Universités, Bordeaux, France (Sédimentologie)

Laurent Bruxelles, Chargé d'Opérations, INRAP, France (Kastologie)

James S Brink, National Museum, Bloemfontein, Afrique du Sud (Paléontologie)

Ntombi Ngoloyi, Doctorante, Université de Toulouse, France (SIG)

Benjamin Lans, Post-Doctorant, Université de Tshwane, Afrique du Sud (Géologie et SIG)

Marco Pavia, Dipartimento di Scienze della Terra, Turin, Italie (Paléontologie)

Raphaël Hautefort, France (Réalisateur Vidéos, Photogrammétrie aérienne et terrestre)

Shani Reddy, Université du Witwatersrand, Johannesbourg, Afrique du Sud (Paléoanthropologie)

Fouilleurs

Moleko Monyama, Afrique du Sud (Fouilleur)

Levy Modise, Afrique du Sud (Fouilleur)

Shadrack Molefe, Afrique du Sud (Fouilleur)

Clopus Sheshoene, Afrique du Sud (Fouilleur)

Sipho Makhele, Afrique du Sud (Fouilleur)



Publications J Braga

https://www.researchgate.net/profile/Jose_Braga

https://scholar.google.fr/citations?user=IdEkyGgAAAAJ